Archive annuelle 2017

Réunion de lancement du projet MITIMPACT (France) au Forum annuel du Plan Climat départemental 06 – Intervention orale du GIEFS

Le projet Mitimpact a été présenté par le GIEFS aux élus locaux du Département des Alpes-Maritimes au sein du Centre Administratif des Alpes Maritimes à Nice, au sein de l’hémicycle des élus départementaux.

Laurence Dalstein et Marie-Lyne Ciriani du GIEFS (Groupe international d’études des Forêts Sud-Européennes) ont présenté les objectifs généraux du projet et les partenaires associés. Elles ont ensuite effectué un zoom sur les premiers résultats obtenus dans la notation des essences arborées et de la végétation de clairière au sein de toutes les placettes françaises réparties du département des Alpes-Maritimes. Les dégâts d’ozone ont été ciblées sur les essences connues comme étant les plus sensibles. Des échanges constructifs avec la salle ont été menés ensuite. Plus de 300 personnes étaient présentes, composées essentiellement de représentants de communes, communautés de communes, agglomérations, entreprises, universitaires et représentants  d’associations. Les partenaires italiens de l’IPLA (Institut des plantes ligneuses et de l’environnement), Francesco Tagliaferro et Andrea Ebone, étaient également présents. 

Remise du trophée « Biodiversité » au GIEFS  pour le  projet MITIMPACT au Conseil départemental  des Alpes Maritimes lors du Forum annuel du Plan Climat,

 

 

27 Novembre 2017.

Le GIEFS avait également participé au concours des trophées climat énergie organisé par le Département des Alpes-Maritimes qui récompense les acteurs départementaux jouant un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique. Il a obtenu le trophée dédié à la sauvegarde de la Biodiversité et ce trophée lui a été remis au terme du Forum annuel du Plan Climat, ce même jour, par le Président du Conseil départemental, Monsieur Charles-Ange Ginésy et par le Président de la commission des Finances du Département, Monsieur Eric Ciotti.

 

Conférence de presse au Palazzo della Regione Piemonte, Piazza Castello, Turin (Italie)

Le 10 juillet 2017 à Turin a été présenté le projet européen MITIMPACT (programme Alcotra), au sein duquel une équipe de spécialistes, coordonnée par IPLA S.p.A. (Institut du Bois et de l’Environnement), a été chargée d’étudier, de prévenir et d’atténuer les dommages subis par les forêts de la province de Cuneo et du département des Alpes Maritimes françaises en raison de la forte concentration d’ozone dans l’atmosphère.

La présentation a été suivie, entre autres, par le conseiller pour l’environnement de la région du Piémont, Alberto Valmaggia, l’administrateur unique de l’IPLA, Igor Boni, le chef du service de coopération et des projets internationaux de l’IPLA, Francesco Tagliaferro, le directeur technique de GIEFS – Groupe International d’Études des Forêts Sud européennes – Laurence Dalstein, la responsable de la structure simple « Air Quality » d’Arpa Piemonte, Mauro Grosa, et la responsable de recherche de l’Institut de Protection Durable des Plantes du CNR a Sesto Fiorentino, Elena Paoletti.

« L’ozone – a expliqué Igor Boni – est considéré comme l’un des polluants les plus dangereux, dangereux pour les humains et les plantes. Sa stabilité lui permet de migrer même à distance des zones où il est produit, généralement à la suite de la combustion d’hydrocarbures utilisés comme carburant pour la circulation automobile. Cette caractéristique rend donc possible sa présence à des concentrations élevées même dans les zones rurales les plus reculées, à la fois dans les plaines et les montagnes, pour lesquelles des directives spécifiques ont également été émises au niveau international qui fixent des seuils de concentration d’ozone dans l’atmosphère, au-delà desquels peuvent survenir des dommages sur les forêts».

La formation d’ozone est également liée à l’insolation, et dans la région méditerranéenne, les niveaux les plus élevés d’Europe sont atteints. «Les territoires concernés par le programme de coopération transfrontalière Alcotra Italie-France – a ajouté Francesco Tagliaferro – sont parmi les plus à risque. Les dégâts dépendent en grande partie non seulement de l’espèce végétale mais aussi des conditions climatiques dans lesquelles elle évolue car l’ozone agit en pénétrant via les stomates des feuilles et intervient ensuite dans les processus métaboliques, en les altérant « .

Les objectifs de MITImpact sont les suivants: prédire et évaluer économiquement l’impact des dommages causés par l’ozone sur la végétation, les écosystèmes et les services écosystémiques, identifier les pratiques et actions d’atténuation basées sur l’évaluation des coûts et des bénéfices, et sensibiliser les organismes publics, institutions et citoyens. «Le projet – a déclaré Mauro Grosa – prévoit une reconnaissance minutieuse et des contrôles sur le terrain, axés sur certaines des espèces forestières les plus typiques de nos Alpes, telles que le pin sylvestre, le pin cembro et le hêtre. Dans la zone côtière frontalière, les dommages seront également vérifiés sur le pin d’Alep « . Les activités se dérouleront sur 3 ans, avec une échéance fixée à fin mai 2020.

Les données d’émission et de concentration de polluants dans les zones d’étude seront étudiées et traitées, en les corrélant avec les dommages réellement observés sur le terrain et les conditions météorologiques actuelles. Des scénarios d’évolution spécifiques jusqu’en 2085 seront abordés, ce qui permettra selon  Laurence Dalstein de connaître avec une meilleure précision les éventuels dommages futurs ».

Le projet, a ajouté Elena Paoletti, « va contribuer à combler une lacune réglementaire actuelle sur les seuils de protection de la végétation pour son polluant actuel le plus important, l’ozone, en fournissant des paramètres concrets de référence aux administrations publiques ».

«Le changement climatique – a conclu le conseiller Alberto Valmaggia – nous confronte toujours à de nouveaux défis, qui ne peuvent être relevés que par une analyse précise des données et des perspectives de scénario, dans un domaine qui ne peut rester limité aux frontières nationales. La protection des forêts, nos poumons verts, passe par l’engagement des institutions au niveau transfrontalier, et dans ce cas, la coopération entre l’Italie et la France sera cruciale pour esquisser de nouvelles stratégies d’atténuation des impacts de la pollution par l’ozone sur notre écosystème. « .

La presse a ensuite interviewé les orateurs et le programme a été diffusé sur une chaîne de télévision italienne locale.